Le saviez-vous ?

« ELLE A MAL ? ELLE A MAL ? »

 

IMG_6671 3

Emilie sous l’aiguille.

 

On est plusieurs à se taquiner, à coup de sms, quand l’un de nous passe sur la table du tatoueur :  » Elle a mal ? Elle a mal ? »

La douleur est un drôle de phénomène, où se mêlent physique et mental. Aujourd’hui, c’est Emilie qui en fait l’expérience. Elle n’en est pas à son premier tatouage, mais elle avoue cette fois la ressentir un peu plus.

Plus de fatigue ? La danse macabre Mochica qui se déroule sur son épaule met trois heures à prendre place, tout de même. Et il est un fait que certains endroits sont plus sensibles que d’autres.

Il reste que nous ne sommes pas égaux devant la douleur, et que pour une même personne, un jour n’est pas l’autre. Ce qu’il est intéressant de constater, c’est que chacun trouve sa propre manière de la gérer. Certains arrivent à l’éloigner d’eux en quelque sorte, à la ressentir sans y succomber, d’autres ont besoin de se concentrer sur quelque chose, une musique ou une pensée, ou encore d’entrer dans une sorte d’engourdissement.

Soyons clairs, le dermographe a réduit la douleur à quelque chose de supportable, on n’en est plus à l’épreuve de courage de certaines tribus.

Et chacun -à de rares exceptions près- l’accepte finalement comme faisant partie du processus, et reconnait le plus souvent la valeur qu’elle ajoute à l’acte même du tatouage.

C’est la différence entre douleur et souffrance.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s