Portrait

REFUSER LA CICATRICE, SE RE-APPROPRIER SON CORPS

Voici le témoignage d’Emilie qui a décidé d’utiliser le tatouage tant comme un ornement que comme le moyen d’atténuer un souvenir douloureux, en y dissimulant la trace indélébile.

« C’était en juin, peu de temps avant mes vacances. Je faisais examiner un grain de beauté chez un dermatologue d’une université bruxelloise. Une routine, mais comme j’en ai pas mal, j’ai pris l’habitude d’y être attentive, par sécurité. C’était une petite tache brunâtre, pas vilaine, située dans le décolleté, à la naissance du sein.

Quelques jours plus tard, je reçois au boulot un coup de fil du spécialiste en question :  » Vous avez probablement un cancer de la peau ». C’était comme un coup sur la tête. J’étais effondrée. « Non, n’annulez pas vos vacances, il n’y a pas d’urgence, nous verrons ça à votre retour ». Je ne comprenais pas. Il y avait une telle désinvolture dans son ton, un tel détachement par rapport à ce qu’il m’annonçait ! J’appelai ma mère au téléphone, j’étais en larmes.

IMG_6716 2

Bien sûr j’annulai mes vacances. Et peu de temps après, je me retrouvai dans le cabinet du dermatologue pour faire enlever définitivement cette tache que je ne pouvais plus regarder autrement qu’avec angoisse et dégoût. Le type s’y est pris comme un boucher. Il a gratté, creusé, profondément ; plus qu’il ne le fallait. A un moment le sang a giclé, j’en avais le visage éclaboussé, ça tournait au cauchemar, j’aurais donné tout ce que j’avais pour être ailleurs, pour que ce ne soit pas à moi qu’il arrive cette horreur. Je suis sortie du cabinet complètement sonnée. Je n’arrivais littéralement plus à penser à autre chose qu’à ce bout de chair qu’il m’avait arraché ; et dont je tremblais de connaître les résultats de la biopsie.

Puis ce matin-là, le verdict :  » Non, finalement, ce n’était qu’une fausse alerte, il n’y avait rien de cancéreux ». Je n’osais y croire. Un poids s’est soulevé de mes épaules. La peur était partie. Mais il restait le souvenir. Et la cicatrice. Indélébile, vilaine, boursouflée, longue de trois centimètres, en plein décolleté. Impossible de ne pas la voir, impossible de l’effacer.

Je portais déjà une petite croix Mochica tatouée sur le poignet. Plus tard, Denis m’avait dessiné un motif plus important, sur base d’un dessin traditionnel que je lui avais apporté. Il fallait l’adapter, le rendre « tatouable ». Il m’a conseillé un tatoueur avec lequel il avait déjà travaillé, et dont il connaissait la capacité à reproduire le plus fidèlement son dessin. J’adore ce tatouage au creux de mon bras, à la fois visible et élégant, étrange et exotique.

Et l’idée a fait son chemin d’un autre tatouage, plus important encore, qui se déroulerait de l’épaule sur la poitrine, coulant dans le décolleté, et qui masquerait la cicatrice à laquelle j’étais certaine de ne jamais pouvoir m’habituer. Elle s’est concrétisée sous la forme d’un flot de fleurs tropicales mélangée de petits squelettes Mochica, une danse macabre d’une poésie sombre, légère et aérienne. Il restait à voir si on pouvait tatouer sur la peau cicatrisée, en relief, ou comment adapter le motif à la blessure. »

Aujourd’hui, Émilie voit dans le miroir, à la place de la cicatrice qu’elle détestait, un dessin qui lui appartient, qu’elle porte comme un bijou, et qu’elle dévoile selon ses envies et sa fantaisie. Je pense que c’est une autre raison d’être du tatouage, qui décidément obéit à autant de motivations qu’il y a d’individus. On ne peut pas effacer un traumatisme, mais au moins dissimuler la marque qui le rappelle ; et de ce fait en atténuer le souvenir, et refuser d’en arborer l’oblitération. Se réapproprier son corps, choisir les stigmates et les marques que l’on porte, que l’on montre : affirmer son identité.

Portrait

ETHNIC SNAKE  & RED SEA

IMG_7020 2

Dans certaines tribus, un tatouage, pour être revêtu de sa charge magique, devait être exécuté selon un rituel sacré : dans un silence complet, après une prière ancestrale, à un certain moment du calendrier ou des cycles naturels…

En ce qui me concerne, mon rituel serait plutôt de le soumettre à la morsure de l’eau salée, à quelques bars de pression, et si possible à un soleil tropical : un tatouage de la tribu des plongeurs, quoi.

Portrait

L’OISEAU VOYAGEUR

IMG_5704 3

Pour Justine, cet oiseau aux ailes déployées évoque l’ouverture du plexus solaire, l’élan et le rayonnement que les danseurs connaissent bien, principe et énergie de leur art. La connotation égyptienne y ajoute une référence aux étapes d’un parcours personnel.

Portrait

OUT OF AFRICA

19238640_1961312970561297_1900151987_o mod

Mon rôle est d’inventer un tatouage pour une personne en particulier avec son histoire, son vécu. A elle ensuite de l’adopter et de le porter à sa manière. J’aime beaucoup l’élégance naturelle avec laquelle Sabine porte ce souvenir de ses années d’enfance en Afrique.

Portrait

CAP AU LARGE

IMG_5465 3

Certains conseilleront de protéger les tatouages sous une couche d’écran total au moindre rayon uv, de ne les laisser pratiquement pas entrer en contact avec le monde extérieur, pour leur conserver l’éclat du neuf.

Personnellement, je préfère les offrir au soleil, aux vents salés et aux embruns. Qu’ils se burinent et se tannent ! Ils font partie de notre cuir, après tout !
Le tout est de les dessiner pour que le temps, s’il les patine, ne les abîme pas. Mais qu’au contraire, notre peau se les approprie. Qu’ils ne restent pas en surface comme des décalcomanies, mais finissent par être une partie intégrante de nous comme nos rides et nos taches de rousseur.