Le saviez-vous ?

LE DOS DE LA CUILLÈRE

DSC07104 2

Vu à la page 91 de l’excellent livre RUSSIAN CRIMINAL TATTOO : La photo issue d’une galerie de portraits de détenus de prisons russes (qui décidément n’ont pas grand chose à voir avec des camps de vacances), où l’on voit, tatoués sur des paupières, les mots traduits par « DON’T/WAKE ».
La légende précise que ce type de tatouage est réalisé en insérant une cuillère en métal sous la paupière, afin de ne pas perforer le globe oculaire.
Pas pour les fragiles!

Tatouage en cours

NAVAJO & NATIVE

NAVAJO & NATIVE
Il peut arriver, dans la recherche simultanée de deux motifs, pour deux personnes proches, que les lignes viennent à converger, que les univers se rejoignent. Et pourquoi les tatouages ne se feraient-ils pas écho ? Que chacun le porte à sa façon n’exclut pas l’harmonie, la complicité et la résonance.


Tatouage en cours

DANSE MACABRE MOCHICA

TATTOO DANSE MACABRE MOCHICA DEFINITIF_modifié-1
De ses études d’archéologie, Emilie a gardé une tendresse marquée pour la civilisation Mochica, une culture du Pérou qui, entre autres choses étranges, entretenait un rapport très particulier avec ses morts. Ici on voit le premier essayage du motif se sa Danse Macabre, un flot de fleurs de cactus et de petits squelettes se déroulant à partir de l’épaule. La stature plutôt fine d’Emilie nous oblige à limiter la foule des squelettes à quelques individus; mais les morts n’ont pas dit leur dernier mot…

Portrait

CALLIGRAPHIE

IMG_6002
 

Pour Nico, l’idée était de porter un message dissimulé au creux d’une calligraphie indéchiffrable. C’est à lui qu’il revient d’en dévoiler le (les ?) sens, à ceux qu’il choisira.

Portraits

LA LOUVE DU NORD

LA LOUVE DU NORD
Les mondes scandinaves passionnent Christelle, qui ne se contente pas d’en arpenter patiemment les paysages; c’est aussi dans leurs légendes qu’elle puise l’inspiration pour la création de ses modèles uniques de tricot. Il s’imposait dès lors comme une évidence d’emprunter les lignes fortes et simples des dessins anciens de ces peuples authentiques et libres pour évoquer sa propre identité et son parcours.

 

 

 

Le saviez-vous ?

LES PIRATES PORTAIENT-ILS DES TATOUAGES ?

L'île au trésor de Setevenson
Illustration de N.C.Wyeth pour L’île au trésor de Stevenson (1911)

Dans l’imaginaire collectif et fantasmé, le tatouage fait partie des accessoires incontournables du pirate au même titre que le bandeau sur l’œil, le perroquet sur l’épaule ou le crochet de fer au bout du bras. Qu’en est-il réellement ? Comme souvent, les infos qu’on trouve çà et là sont contradictoires.

Dans L’île au trésor de Robert Louis Stevenson (1883), célèbre chef d’œuvre qui fait autorité dans le genre, on trouve que « …le docteur avait relevé la manche du capitaine et découvert son bras, dont la peau disparaissait presque sous les tatouages ».

Mais dans son Histoire générale des plus fameux Pyrates (1726), Le capitaine Johnson, alias Daniel Defoe (le fameux auteur de Robinson Crusoé), ne fait strictement aucune mention de quelque tatouage que ce soit, bien qu’il ne soit pas avare de détails concernant ces personnages de légende.

Selon l’archéologue Jean-Pierre Moreau, dans son livre Pirates au jour le Jour (2009), les tatouages ne représenteront un véritable attrait pour les marins que vers la fin du 18e siècle, après la découverte des îles de Polynésie par Cook et Bougainville. Avant cela, l’Eglise s’opposant à ces pratiques, les pirates n’auraient été selon toute vraisemblance que très rarement tatoués.

Pourtant, selon d’autres sources, les marins du 18e siècle avaient précisément coutume de se faire tatouer des motifs de croix ou de Vierges sur le dos pour éviter le fouet qui sévissait fréquemment sur les navires : une loi de l’époque interdisait en effet toute dégradation d’une représentation religieuse. Leurs maîtres ne pouvaient plus les fouetter sous peine de sanctions.

Alors ? Les tatouages de Jack Sparrow sont-ils une évocation réaliste d’un 18e siècle d’aventures, teinté de ce que Michel Le Bris nomme « le frisson noir des rêves pirates » ? ou sont-ils le reflet de notre 21e siècle, qui imprime à sa narration les signes d’un phénomène grandissant ?