Le saviez-vous ?

SKIN DEEP, LOOKING BEYOND THE TATTOOS

 

Le livre de Steven Burton est un choc visuel. Et plus encore. Photographe, il a collectionné les portraits de vingt-sept anciens détenus latinos ayant appartenu à des gangs. De leurs corps et visages, il a ensuite effacé numériquement les armures de tatouages, héritées de parcours ultra-violents dans l’enfer des rues et des prisons. Puis il a soumis les deux photos (avec et sans) aux intéressés, et recueilli leurs réactions, à chaud.

C’est alors un regard sur une vie, sur sa propre vie, telle qu’elle fut, et telle qu’elle aurait pu être, comme à travers un miroir trouble, déformant. Un autre soi surgit, incrédible, et pourtant vrai, habitant d’une réalité parallèle.
Les anciens tueurs, voyous, voleurs vacillent, déstabilisés, touchés. C’est aussi une réflexion sur la perception des autres, de la famille, de la mère, des enfants.

Et nous aussi, à notre tour, sommes amenés à réfléchir sur notre jugement sur les apparences, sur les différences. Un seul regret, le manque d’explications des codes et des significations de ces signes et marquages dont les corps sont couverts.

Il reste un livre étonnant, qui devait exister.

Les dédicaces des dernières pages, adressées à des modèles du livres, tués par la police quelques temps après leur interview, nous ramènent à la réalité et montrent que changer de peau n’est pas toujours changer de vie.

Steven Burton, SKIN DEEP, LOOKING BEYOND THE TATTOOS, PowerHouse Books Brooklyn, NY, 2017

Le saviez-vous ?

LE DOS DE LA CUILLÈRE

DSC07104 2

Vu à la page 91 de l’excellent livre RUSSIAN CRIMINAL TATTOO : La photo issue d’une galerie de portraits de détenus de prisons russes (qui décidément n’ont pas grand chose à voir avec des camps de vacances), où l’on voit, tatoués sur des paupières, les mots traduits par « DON’T/WAKE ».
La légende précise que ce type de tatouage est réalisé en insérant une cuillère en métal sous la paupière, afin de ne pas perforer le globe oculaire.
Pas pour les fragiles!